Joyeux anniversaire Princesse machiavélique

Aujourd’hui nous sommes le 5 juillet. Cela fait trois ans jour pour jour que je publiais les Chroniques d’une princesse machiavélique, dans sa première version, quelque peu imparfaite, avec une première couverture faite de mes petites mains.

Ce jour-là, j’étais en vrac, en véritable stress. Je savais très bien que je n’allais pas crever le plafond des ventes. J’avais 30 followers sur Twitter à l’époque, une micro-centaine sur Facebook, Instagram était un désert et ce blog était encore à l’état de petit embryon peu ambitieux. Mais c’était la première fois que je libérais un livre, des personnages, et des histoires en moi depuis tant d’années, dans la lumière et vers ses premiers lecteurs.

J’avais passé des heures, des journées entières à reprendre le tome 1 de cette série. Je crois que j’ai dû le réécrire une dizaine de fois pour présenter une version qui me satisfaisait. Je l’ai d’ailleurs tellement retravaillé ce tome que j’ai mis du temps à pouvoir remettre mon nez dedans.

Il a fallu réécrire les descriptions, les relations de chacun des personnages, j’ai également dû faire le sacrifice de deux de mes personnages qui ne sont présentés que dans le tome 2, j’ai également retiré quelques chapitres que j’aimais beaucoup mais qui ralentissaient le rythme. Je voulais à tout prix garder le rythme. Mon but était que le lecteur commence et ne puisse plus lâcher ce livre jusqu’à ce qu’il sache comment il se termine.

Ce 5 juillet j’étais donc épuisée par des heures de travail d’édition et très stressée. J’avais encore du mal à communiquer sur les réseaux sociaux, j’étais très angoissée, terrifiée à l’idée de me mettre en avant, ou de parler de mes livres, d’avoir des retours négatifs. C’était la première fois que je partageais quelque chose qui relevait de l’intime pour moi, c’était mon monde intérieur que j’exposais, une terre inconnue qui soudainement allait être révélée. A ce moment-là, quatre personnes sur Terre seulement savaient que j’écrivais : mes deux sœurs, le papa de mes petits garçons, et mon meilleur ami. Tous les autres n’en avaient aucune idée (mes parents y compris). J’avais un peu l’impression de me mettre à nue et de marcher, exposée au milieu de la foule. Sensation très dérangeante. J’avais très peur. Etre le centre d’intérêt je détestais cela, et là, il allait falloir que j’attire l’attention sur mes écrits, et sur moi.

Bien que très angoissée, j’étais aussi portée par l’espoir de trouver des personnes dans le monde qui aimeraient mes personnages autant que moi. J’avais juste besoin de cela, une seule petite personne, autre que mes proches, pour valider mes écrits, pour donner vie à mon univers.

Le premier tome de ma série est donc sortie le 5 juillet, et il m’a permis de rencontrer des personnes formidables, des amis auteurs, des lecteurs passionnés, des chroniqueurs. Avec du recul, je me rends compte que pour une débutante, même si j’étais maladroite sur certains aspects techniques, je me suis pas trop mal débrouillée. J’ai tout fait avec cœur et sincérité, guidée par l’amour de l’écriture et de ma princesse machiavélique. J’ai eu des coups durs, mais tout est devenu plus simple au fur et à mesure que je prenais confiance en moi.

Parce que dans cette aventure, la plus belle rencontre que j’ai faite, c’est moi-même. Je ne pensais pas devenir celle que je suis actuellement, et c’est grâce à l’écriture et à ma passion. Avant d’être auteur indépendant, j’avais l’impression que je n’arriverais jamais à rien, que je ne savais pas où j’allais, que j’étais perdue, et en prenant le risque de tout quitter pour me lancer dans l’écriture, je me suis trouvée. J’ai trouvé mes ailes en sautant dans le vide. Désormais, je n’ai pas peur de me battre, je n’ai pas peur de parler de mes écrits ou de mes livres. Je n’ai plus peur de l’impossible, Impossible a été mon mot d’ordre trop longtemps, et je me suis promis que ce mot ne sortirait plus jamais de ma bouche.

Et puis je suis enfin entière, celle que je présente à mes amis et à ma famille n’est plus cette contrefaçon, cette Lily timorée qui avait peur de montrer qui elle était au fond d’elle-même. Mon entourage m’aime pour celle que je suis, moi, du début A à la fin Z de ma personnalité. Et cela fait du bien de se trouver, de ne plus se cacher, d’être enfin soi-même dans toute son authenticité. J’ai l’impression que cela me permet aussi de rencontrer des personnes qui me ressemblent, et c’est une sensation vibrante.

Ce fut donc, ce 5 juillet 2016, une révolution et une révélation.

Je n’aurais jamais pu sortir de ma coquille pour autre chose que l’écriture.

Je pense qu’il faut toujours suivre sa passion, c’est elle qui nous permet de nous révéler et de donner véritablement le meilleur de nous-même. C’est notre passion qui dessine notre chemin de vie, et ne pas suivre cet appel, ce serait passer à côté de moments et de rencontres inoubliables.

Pour terminer, je souhaite remercier du fond du cœur tout ceux qui m’ont accompagnée, de près ou de loin dans cette aventure. C’est votre soutien qui m’a encouragée au quotidien, me motivant sans cesse pour avancer et m’améliorer.

Pour tous ceux qui n’ont pas encore rencontré ma princesse machiavélique, c’est par ici, en cliquant sur l’image :

COUVERTURE

Si vous préférez la version papier, vous la trouverez en cliquant sur le lien : Chroniques d’une princesse machiavélique.

Merci d’avoir pris le temps de lire ce petit article,

Je vous souhaite une magnifique journée, et je vous dis à très vite pour de nouvelles aventures !

With love,

Lily ❤

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s