Princesse machiavélique : Une musique dans la tête 2/4

Bonjour chers abonnés et amis !

Aujourd’hui je continue mon voyage musical au sein des Chroniques d’une princesse machiavélique.

La semaine dernière, je vous avais parlé des musiques qui m’avaient inspirée concernant la relation entre Agnès ma princesse machiavélique et son meilleur ami, Phoebus Rolland, qu’elle aime désespérément et qui ne l’aime pas en retour.

Pour découvrir ou relire l’article c’est par ici : Une musique dans la tête 1/4

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler des musiques qui m’ont inspirée sur les personnages d’Esméralda et de Matéo.

En 2009, il y a donc de cela déjà dix ans, j’ai écrit un chapitre sur Esméralda et Agnès, sur leur amitié passée et souvent regrettée de la part d’Agnès (même si cette pensée n’est pas très présente dans les Chroniques d’une princesse machiavélique).

Pourtant, Agnès en est consciente, son amour pour Phoebus a sacrifié son amitié avec Esmé et l’a transformée en une haine froide et irréversible.

Avant cela, elles étaient amies. Elles ont été très proches pendant quelques mois, avant que tout ne s’écroule.

Dans ce petit chapitre, appelé « L’étrangère », Agnès et Esméralda ont 15 ans et discutent de Phoeb. Esméralda se met à danser dans le salon d’Agnès et en écrivant, je ne sais pas pourquoi, mais c’est la musique de Laurent Voulzy, Le pouvoir des fleurs, qui s’est manifestée dans mon esprit. Je vous avoue que Laurent Voulzy, ce n’est pas vraiment le type de musique que j’écoute, mais il a de très belles chansons, et celle-ci est une de mes préférées. Elle va parfaitement à Esméralda qui est libre comme l’air, naïve, et pleine d’espoir à ce moment-là… Voici un tout petit extrait de ce chapitre :

****

Elle éclata de rire et se planta devant Agnès. Elle releva ses bras au dessus de sa tête et se mit à chanter avec un accent espagnol très prononcé:

« Je m’souviens on avait des projets pour la terre

Pour les hommes comme la nature

Faire tomber les barrières, les murs,

Ou les vieux parapets d’Arthur

 Fallait voir

Imagine notre espoir

On laissait nos cœurs

Au pouvoir des fleurs »

 

Elle tourna sur elle-même alors qu’Agnès se balançait en souriant sur le canapé au son de la voix d’Esméralda qui continuait :

Jasmin ! Lilas !

C’étaient nos divisions, nos soldats

Pour changer tout ça !

Changer le monde

Changer les choses avec des bouquets de roses

Changer les femmes

Changer les hommes

Avec des géraniums

Esméralda éclata de rire et Agnès se mit à battre des mains :

« C’est super, mais il faudrait que tu fasses des pirouettes…

— Attends, tu vas voir ! Viens ! »

Esméralda attrapa vivement le bras d’Agnès et la tira violemment :

« Aïe, mais tu me fais mal !

— Mais non, viens danser avec moi !

— Esméralda, il n’y a pas de musique, commença Agnès en retenant son amie qui bougeait dans tous les sens.

— Mais si, tu ne l’entends pas ? Il y a de la musique partout dans le monde. Il faut juste que tu écoutes ! »

Je m’souviens, on avait des chansons, des paroles

Comme des pétales et des corolles

Qu’écoutait en rêvant

La petite fille au tourne-disque folle

Le parfum

Imagine le parfum

L’Eden, le jardin,

C’était pour demain,

Mais demain c’est pareil,

Le même désir veille

Là tout au fond des cœurs

Tout changer en douceur

Changer les âmes

Changer les cœurs avec des bouquets de fleurs

La guerre au vent

L’amour devant

Grâce à des fleurs des champs 

****

 

Pour écouter cette chanson, c’est ici, ou en cliquant sur l’image : Le pouvoir des fleurs

Le pouvoir des fleurs

Cette chanson collait parfaitement au personnage d’Esméralda à ce moment-là, elle était pleine d’espoir, d’amour, elle était fleurie et remplie de musique…

Et puis dans les Chroniques d’une princesse machiavélique, elle a commencé à changer, à se laisser envahir par la colère, le ressentiment, la jalousie envers Agnès. Sa relation avec Phoebus si lumineuse au début s’est assombrie et peu à peu, Esméralda a perdu de vue qui elle était au fond d’elle-même. Sa relation avec Phoebus qui aurait dû la faire scintiller au firmament des femmes amoureuses a éteint sa passion et sa flamme. Pourtant, Esméralda reste un personnage fort. Elle est vaillante, elle est aussi forte qu’Agnès dans son coeur et peut se remettre de tout. Je ne voulais pas faire d’elle cette petite chose apeurée à l’idée de perdre son homme, Esméralda se réveille et reprend le pouvoir.

Le dernier chapitre des Chroniques d’une princesse machiavélique met en scène Esméralda, forte, qui renaît de ses cendres. Je l’ai écrit en pleurant parce que je pensais à tout ce qu’elle avait traversé et tout ce qu’elle s’apprêtait encore à vivre. Pourtant, elle est si forte qu’elle viendra à bout de tout, et de tout le monde. Je voulais qu’Esméralda, bien plus qu’Agnès, soit un modèle pour toutes les femmes qui ont peur de vivre. Je voulais que ces femmes se sentent inspirées par la force de ce personnage, qu’elle réalise que tout est possible, surtout de se libérer de ses chaînes intérieures.

Et pour accompagner cette délivrance, j’avais Neneh Cherry et Woman dans les oreilles. Pour moi, désormais, la musique qui vibre en Esméralda est celle-là. Je vous invite à lire la dernière partie de mes Chroniques avec cette musique en tête 😉 .

Pour l’écouter, c’est par ici, ou  en cliquant sur l’image : Woman

 

Woman

****

Je vais vous parler de Matéo, le gitan colombien, frère d’Esméralda, dont le cœur tendre est caché dans un buisson de ronces. Agnès le déteste au début, et puis petit à petit, ils vont connecter sans pouvoir résister à l’attraction de leurs âmes. C’est ainsi que je l’ai écrit.

Agnès est à la recherche d’elle-même, d’authenticité, de vérité, et elle croise Matéo. Il n’a rien pour lui plaire, et pourtant elle est attirée vers lui comme un aimant. Pourquoi? Parce qu’elle sait au fond d’elle-même (ou bien son âme sait) qu’il a en lui ce dont elle a besoin.

Et Matéo qui est si rigide dans sa façon de penser, qui est si autoritaire et implacable a besoin de connaître la souplesse, la tendresse, la remise en question. Il a besoin d’apprendre que les apparences peuvent être trompeuses. Il est attiré par Agnès qu’il voit comme une snob, superficielle et hypocrite, il ne comprend pas comment il peut être attiré par elle, lui qui est si honnête. Mais en réalité, c’est évident… il va découvrir une autre facette de l’humanité avec Agnès, son monde ne sera plus ni tout blanc ou tout noir, mais bien plus en nuances. Lorsqu’il découvre qui elle est en réalité, il comprend que le monde est bien plus coloré et compliqué que ce qu’il pensait.

Pour Matéo, la musique qui m’a accompagnée dans l’écriture du préquel de la série Quelques mots d’amour est celle de l’album de Jason Mraz, We sing  we dance we steal things , mais plus particulièrement la chanson If it kills me. 

Je trouvais les paroles de cette chanson très inspirante pour sa relation avec Agnès. Matéo se rend compte que cette relation avec elle va l’achever, qu’elle est maudite mais parfaite, qu’elle est compliquée et pourtant si évidente. Et surtout, qu’elle doit être tue et cachée.

Hello, tell me you know
Yeah, you figured me out
Something gave it away
And it would be such a beautiful moment
To see the look on your face
To know that I know that you know now
And baby that’s a case of my wishful thinking
You know nothing
Cause you and I
Why, we go carrying on for hours, on and
We get along much better
Than you and your boyfriend
Well all I really wanna do is love you
A kind much closer than friends use
But I still can’t say it after all we’ve been through
And all I really want from you is to feel me
As the feeling inside keeps building
And I will find a way to you if it kills me
If it kills me
Well how long, can I go on like this,
Wishing to kiss you,
Before I rightly explode?
This double life I lead isn’t healthy for me
In fact it makes me nervous
If I get caught I could be risking it all
Baby there’s a lot that I miss
In case I’m wrong
Well all I really wanna do is love you
A kind much closer than friends use
But I still can’t say it after all we’ve been through
And all I really want from you is to feel me
As the feeling inside keeps building
And I will find a way to you if it kills me
If it kills me
If I should be so bold
I’d ask you to hold my heart in your hand
Tell you from the start how I’ve longed to be your man
But I never said a word
I guess I’m gonna miss my chance again
Well all I really wanna do is love you
A kind much closer than friends use
But I still can’t say it after all we’ve been through
And all I really want from you is to feel me
As the feeling inside keeps building
And I will find a way to you if it kills me
If it kills me
If it kills me
I think it might kill me
And all I really want from you is to feel me
It’s a feeling inside that keeps building
And I will find a way to you if it kills me
If it kills me
If it kills me
It might kill me
Pour écouter la musique, c’est ici (ou en cliquant sur l’image): If it kills me

 

Jason Mraz

Et puis lorsque j’ai commencé à écrire les Chroniques d’une princesse machiavélique, c’est Seal et A change is gonna come, qui m’ont accompagnée lors des chapitres avec Matéo. C’est une chanson qui colle à sa peau d’étranger qui n’arrive pas à s’intégrer dans sa nouvelle ville, dans sa nouvelle vie. Il est toujours prêt à partir, il n’achète pas de meubles, il ne veut pas de téléphone, ou de relations amoureuses, parce qu’il ne veut pas s’attacher. Il court comme la rivière pour essayer de savoir à quel endroit il peut être chez lui, à quel endroit qu’il pourra être accepté tel qu’il est sans à priori. Et puis, cette musique est très puissante dans son rythme lent et répétitif, la voix de Seal est juste magnifique. Il s’agit de ma version préférée. On ressent toute la détresse, et l’espoir dans cette chanson, deux émotions qui caractérisent le fond du coeur de Matéo.

I was born by the river
In a little tent
And just like the river
I’ve been runnin’ ever since
He said it’s been a long time comin’
But I know my change is gonna come, oh yeah
He said it’s been too hard livin’
But I’m afraid to die
I might not be if I knew what was up there
Beyond the sky
It’s been a long, a long time comin’
But I know my change has got to come, oh yeah
I went, I went to my brother
And I asked him, « Brother
Could you help me, please? »
He said, « Good sister
I’d like to but I’m not able »
And when I, when I looked around
I was right back down
Down on my bended knees, yes I was, oh
There’ve been times that I thought
I thought that I wouldn’t last for long
But somehow right now
I believe that I’m able, I’m able to carry on
I tell you that it’s been a long
And oh it’s been an uphill journey, all the way
But I know, I know, I know
I know my change is gonna come
Sometimes
I had to cry all night long, yes I did
Sometimes
I had to give up right, for what I knew was wrong
Yes it’s been an uphill journey
It’s sure’s been a long way comin’, yes it has
It’s been real hard every step of the way
But I believe, I believe
This evenin’ my change is come
Yeah, I tell you that my change is come

Pour écouter cette musique, c’est ici (ou en cliquant sur l’image) : A change is gonna come

seal

 

Voilà pour le tour d’horizon musical de cette semaine ! J’espère que vous avez apprécié. La semaine prochaine je vous parlerai de Billy et d’Agnès.

En attendant, n’hésitez pas à plonger dans l’univers des Chroniques d’une princesse machiavélique !

COUVERTURE

Très belle journée à tous,

With love ❤

Lily

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s